Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Défense : les piliers de la confrontation entre les États-Unis et (...)

Défense : les piliers de la confrontation entre les États-Unis et l’Europe

No 04-24. Août 2004, 25 août 2004

La thèse d’un fossé croissant entre les États-Unis et l’Europe sur les plans militaires et stratégiques est répétée avec tellement d’insistance depuis la fin des années quatre-vingt-dix que l’hypothèse d’un écart irrémédiable est aujourd’hui acceptée sans autre forme de procès par un grand nombre d’analystes : récemment encore, dans leur appel « pour le renouveau du partenariat transatlantique »1, Madeleine Albright et James Schlesinger écrivaient :

Le fossé qui ne cesse de se creuser entre les capacités militaires américaines et européennes rend plus difficiles coopération et interopérabilité en matière de défense transatlantique.

Certains tenants européens des doctrines atlantistes vont même jusqu’à diagnostiquer un « effacement inexorable de la France » dans le domaine militaire [Lellouche 2002, p. 6]. Ce « gap » est, suivant les cas, technologique ou budgétaire ou capacitaire, mais toujours décisif.
Définir les moyens et l’horizon de l’Europe de la défense nécessite d’examiner d’abord la réalité de cette thèse : doit-on souscrire sans réserve à l’existence d’un tel écart irrémédiable ? Il faut également voir dans quel affrontement théorique et stratégique s’inscrit le discours sur le gap. Nous constaterons que l’enjeu revêt des dimensions insoupçonnées qui impliquent, en bout de ligne f, une rupture dans la vision du monde entre les États-Unis et l’Europe.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)