Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

CARICOM

24 février 2003

La Communauté du bassin des Caraïbes1 (CARICOM) est actuellement composée de 15 membres : Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, le Belize, la Dominique, la Grenade, la Guyane, Haïti (qui n’est pas encore tout à fait un membre), la Jamaïque, Montserrat, Saint Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Trinité-et-Tobago et le Suriname. Elle est régie par le Traité de Chaguaramas et son Annexe sur le Marché commun, le Marché commun des Caraïbes n’étant qu’une des composantes du CARICOM. Ainsi, les Bahamas sont membres de la Communauté sans pour autant faire partie du Marché commun. Tous les membres ont comme langue commune l’anglais et partagent des traditions historiques et institutionnelles communes, à l’exception du Suriname (qui s’est incorporé au CARICOM en février 1995 et dont la langue et les institutions sont d’origine néerlandaise) et d’Haïti (dont la langue et les institutions sont d’origine française et créole). Le CARICOM compte aussi plusieurs pays observateurs et membres associés2. En 1999, la Communauté des Caraïbes (CARICOM) comptait au total 5,9 millions d’habitants. Le produit intérieur brut réel (PIB réel) s’élevait à 17,7 milliards de $US alors que le PIB par habitant atteignait de 2991 $US par habitant. Les exportations totales du CARICOM ont atteint 7,5 milliards de $US en 1998. Sa population représente 1,2%, son territoire 2,1% et son PIB 2,1% du total de l’Amérique latine et des Caraïbes3. Une des caractéristiques de ce regroupement est qu’il est parmi les plus grands en termes de membership mais aussi parmi les plus petits en termes économiques et géographiques. Et, contrairement à bien d’autres projets d’intégration, le CARICOM jouit d’une longue tradition de coopération en matière de politique étrangère, de santé, d’éducation et des questions touchant le développement.

(Suite dans le document joint)

D'autres publications

Ouvrages collectifs | Bernard Duhaime est professeur au Département des sciences juridiques de l’UQAM, cofondateur de la CIDDHU et membre du CIRDIS

Doctrine, Practice, and Advocacy in the Inter-American Human Rights System

Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU)

18 septembre 2019, par Bernard Duhaime

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Avec les contributions de Michèle Rioux et Destiny Tchéhouali, 18 septembre 2019, par Michèle Rioux, Destiny Tchéhouali


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)