Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

OEA : le rendez-vous manqué de Santiago

No 03-05. Juin 2003, juin 2003

En re-visitant la région des Amériques dans le contexte de ce nouveau millénaire, il y a lieu d’observer une recrudescence de l’implication de l’Organisation des États Américains (OÉA) dans les affaires interaméricaines. Institution régionale crée après la Seconde Guerre mondiale en 1948i, l’OEA s’oriente aujourd’hui vers la recherche d’un nouveau panaméricanisme dont les paramètres sont encore indéfinis quoique les signes annonciateurs se manifestent déjà. Dans la plupart des pays de l’Amérique Latine et de la Caraïbe, les changements globaux ont rapidement été ressentis. Les années 80 ont en effet donné lieu à la mise au rancart des dictatures militaires et de l’étatisme économique ; elles ont ainsi fait place à un train de réformes qui va de l’établissement de régimes politiques issus de luttes électorales ouvertes à la mise en oeuvre de politiques économiques axées essentiellement sur les exportations, la déréglementation, la privatisation, le règne du libre marché ainsi que sur la stabilisation des prix et la baisse des impôts. En même temps, l’esprit du panaméricanisme a été revigoré.

En même temps, le nouvel environnement politique et économique régional est aussi marqué par un élan de réformes institutionnelles de type néo-libéral, d’insécurité économique, d’atteintes continues et répétées aux règles démocratiques en Haïti, au Venezuela et en Bolivie etc. et la poursuite de conflits internes dans certains pays comme la Colombie, le Guatemala et même encore le Pérou. L’ensemble de ce nouvel ordre de choses a sans nul doute contribué à l’accélération d’un processus de réexamen de la place de l’OEA dans les affaires interaméricaines et mondiales.

(Suite dans le document joint)

Écrit par

D'autres publications

Ouvrages collectifs | Bernard Duhaime est professeur au Département des sciences juridiques de l’UQAM, cofondateur de la CIDDHU et membre du CIRDIS

Doctrine, Practice, and Advocacy in the Inter-American Human Rights System

Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU)

18 septembre 2019, par Bernard Duhaime

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Avec les contributions de Michèle Rioux et Destiny Tchéhouali, 18 septembre 2019, par Michèle Rioux, Destiny Tchéhouali


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)