Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Le Guatemala : cette paix qui n’en est pas une

No 03-07. Juillet 2003, juillet 2003

C’est en 1996 que furent signés les Accords de Paix entre le gouvernement du Guatemala et de l’Union Révolutionnaire Nationale Guatémaltèque (URNG). Ils permirent le retour de dizaines de milliers de personnes, principalement des autochtones, sur leur terre, lesquelles font, encore aujourd’hui, l’objet de fouilles intenses afin de découvrir les charniers des massacres perpétrés durant la guerre. Le conflit guatémaltèque, qui a duré 36 ans, a été l’un des plus violents jamais recensés, puisqu’il a fait plus de 200 000 victimes et environ 1,25 millions de déplacés et réfugiés.
Résistants aux orientations conservatrices du gouvernement issu du coup d’État de 1954, des jeunes officiers de la gauche tentèrent sans succès, le 13 novembre 1960, de prendre le pouvoir. Deux mouvements de guérilla se formèrent alors, soit le MR 13, ou le « Mouvement révolutionnaire du 13 novembre », et les FAR, ou « Forces armées rebelles », qui affrontèrent le pouvoir pendant 36 ans. Utilisant une stratégie de contre-insurection, les militaires procédèrent, pendant les décennies 1970 et 1980, à de véritables massacres de la population civile, notamment des communautés autochtones, soupçonnées de complicité ou de sympathie avec les forces de la guérilla réunies au sein de l’URNG. En fait, plus de 669 massacres ont été recensés et plusieurs ont touché des communautés qui n’entretenaient aucun lien avec la guérilla1. L’armée était alors appuyée par un groupe de paramilitaire, les Patrulla de Autodefensa Civil 2 (PAC).

(Suite dans le document joint)

Écrit par

D'autres publications

Articles de journaux | Le dernier article de Joseph H. Chung est en ligne !

Korea-Japan Trade Plus War : Where Are You Going Mr. Shinzo Abe ?

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

L’article est paru dans Global Research le 18 juillet 2019, 19 août 2019, par Joseph H. Chung

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)