Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > La Bolivie en chantier politique : vers la Constituante de 2005

La Bolivie en chantier politique : vers la Constituante de 2005

No 04-41. Décembre 2004, 17 décembre 2004

La Bolivie semble en ébullition constante depuis quelques années. La vague de privatisations des entreprises publiques des années 90, dans la lignée des réformes néolibérales mises en œuvre depuis 1985, a donné lieu à quelques conflits majeurs autour de la gestion des richesses naturelles et des biens publics. Acteurs centraux dans ces conflits, de nouveaux mouvements sociaux et partis politiques ont montré leur capacité à mobiliser des milliers de Boliviens. La « guerre de l’eau » à Cochabamba en 2000, puis la « guerre du gaz » en 2003 dans la région de La Paz, ont permis à de nombreux secteurs d´exprimer leur opposition aux cadres juridiques favorisant le contrôle des prix et de la production par des entreprises transnationales. Ces conflits prirent une dimension telle que le gouvernement de Gonzalo Sánchez de Lozada a dû démissionner abruptement en octobre 2003 après des mois de manifestations populaires et d’affrontements avec les forces de l’ordre qui se sont soldées par plusieurs dizaines de morts.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)