Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Globalisation et pouvoir des entreprises

Éditions Athéna, 2005, 4 avril 2005

Michèle Rioux (dir.), Globalisation et pouvoir des entreprises, Athéna Éditions, collection Économie politique internationale, Montréal, 2005, 245 pages.

Fiche de l’ouvrage sur le site des éditions Athéna

La montée en puissance des entreprises privées sur la scène internationale, l’augmentation des flux d’investissements internationaux ainsi que la mise en place de nouvelles formes de gouvernance « pro-marché » ont entraîné une reconfiguration de l’économie mondiale. Cet ouvrage met l’accent sur la tension grandissante entre l’élargissement de l’espace de liberté des firmes multinationales et l’absence de contrepouvoirs permettant de contrôler ces puissantes organisations. Quels sont, en effet, les contrepouvoirs à la mondialisation ? Si les États continuent de jouer un rôle important dans la défense de l’intérêt public, soumis qu’ils sont aux pressions de la concurrence, ces derniers hésitent à s’engager, collectivement et individuellement, dans la voie de la régulation et à aller à contre-courant de la libéralisation des marchés.Comment rétablir l’équilibre non seulement entre les droits et les devoirs des entreprises, mais également entre la liberté économique et l’intérêt public ? Telle est la question centrale que soulève cet ouvrage.

Pour commander ce livre, cliquez ici.

Ouvrage recensé dans :

- A contrario, vol. 4, no1, 2006, pp. 119-121. http://www2.unil.ch/acontrario/BR.4.1.pdf

- Canadian Public Administration, 2005.
http://www.highbeam.com/doc/1G1-141168406.html#mlt

Écrit par

D'autres publications

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents

David Morin et Vivek Venkatesh sont également co-titulaires de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et (...), 25 octobre 2019

François Audet est directeur de l’IEIM et professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG)

François Audet a donné plusieurs entrevues la semaine dernière

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Les entrevues ont eu lieu au 98.5 fm et QUB radio, 21 octobre 2019, par François Audet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)