Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Le conflit colombien : de l’idéologique au narcotrafic

Le conflit colombien : de l’idéologique au narcotrafic

No 05-11. Avril 2005 , 4 avril 2005

Depuis plus de 50 ans, le conflit perdurant en Colombie a su s’adapter aux réaménagements intervenus au sein de l’ordre mondial. Malgré sa longue culture démocratique et sa forte économie, la Colombie se développe sous l’emprise de la violence : plus de 3 000 enlèvements et disparitions, et plus de 25 000 victimes annuellement contribuent à maintenir un état d’insécurité au sein de la population civile et font fuir les investisseurs étrangers. Longtemps considéré comme un conflit de faible intensité, traversé par des périodes de paix et de guerre, le conflit colombien, de par son étendue, a récemment vu la violence se généraliser et atteindre des niveaux sans précédent1. Depuis l’échec du dernier processus de paix, en 2002, une nette augmentation du nombre d’incidents violents a été enregistrée, touchant maintenant les villes et un nombre toujours plus grand de civils, engendrant ainsi le déplacement de milliers de personnes fuyant la guerre2. Aujourd’hui, le conflit entre le gouvernement, les paramilitaires et les guérillas est reconnu pour
ses violations toujours plus fréquentes du droit humanitaire et des droits de la personne.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)