Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Vers HongKong : Les enjeux de la sixième ministérielle de l’Organisation (...)

Vers HongKong : Les enjeux de la sixième ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce

No 05-41. Décembre 2005, 5 décembre 2005

Du 13 au 18 décembre 2005 se tiendra la sixième conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à HongKong.
Cette conférence célèbre l’anniversaire des dix ans de l’OMC et aurait dû marquer la fin de l’Agenda de Doha pour le développement (ADD).

Une conférence ministérielle est, du point de vue du modus operandi de l’OMC, un moment clé. En effet, l’OMC appartient à ses membres. Les pays prennent les décisions au sein de différents conseils et comités, composés de représentants de tous les membres. L’organe suprême est la Conférence ministérielle qui doit se réunir au moins tous les deux ans. La Conférence ministérielle est habilitée à prendre des décisions sur toutes les questions relevant de tout accord commercial multilatéral. Elle fixe la « feuille de route » à laquelle devront se tenir les États Membres [Cf. encadré 1]. Celle de HongKong devait re-légitimer l’institution, constituer une « victoire » pour le multilatéralisme et une relance de la coopération Nord-Sud. Dès lors, ni l’OMC et son nouveau Directeur général, le Français Pascal Lamy, ni la communauté des États Membres ne peuvent se permettre un énième insuccès à HongKong1. Pourtant, il a été décidé que l’année 2006 constituerait une perspective plus réaliste pour l’achèvement des négociations. La proposition d’une conférence ministérielle bis est même à l’ordre du jour car il semble que la conclusion des deux tiers des négociations, objectifs de Pascal Lamy, ne soit plus possible.

Aussi est-il nécessaire de saisir l’importance de la prochaine conférence en abordant les positions des principaux acteurs sur les thématiques structurantes du cycle pour le développement. Il convient également de mettre en perspective l’évolution de ce cycle de négociation depuis son lancement en 2001 à Doha (Qatar). L’issue la plus vraisemblable est la suivante : la ministérielle de HongKong marquera un nouvel épisode – le dernier ? – dans la crise du multilatéralisme. Cette chronique se propose de fournir quelques clés nécessaires à la compréhension des enjeux et perspectives de cette ministérielle.

(Suite dans le document pdf)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)