Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Régionalisme, arrangements institutionnels hybrides et gouvernance économique à la carte

18 janvier 2006

Cahiers de recherche du CEIM, No. 06-01, janvier 2006.

Régionalisme, arrangements institutionnels hybrides et gouvernance économique à la carte

Il ne s’agit pas de mésestimer le rôle de l’OMC, mais le système commercial multilatéral répond de plus en plus mal aux attentes des marchés comme de ses membres. Parallèlèlement, de nouveaux espaces de gouvernance ont émergé, engageant de plus en plus d’ailleurs les acteurs privés à côté des États et des organisations internationales, tandis que les États se sont engagés, toujours plus profondément, dans la voie dite du régionalisme. Les accords bilatéraux et les regroupements en tout genre prolifèrent, s’étendent à de plus en plus de domaines, et rejoignent de plus en plus d’acteurs, à commencer par les pays en développement, composant ainsi une architecture de gouvernance inédite.
Par ses particularités, le nouveau régionalisme se démarque radicalement de celui qui l’a précédé, mais, plutôt que de l’aborder, comme c’est généralement le cas dans la littérature, soit sous l’angle de la complémentarité avec le multilatéralisme, soit sous l’angle de la sécurité des États et de la redéfinition de ses termes dans un contexte de mondialisation, nous proposons de suivre la voie ouverte par les institutionnalistes. Partant de l’idée selon laquelle le régionalisme constitue une forme architecturale hybride de coordination de l’action collective, nous entendons montrer que le régionalisme ne va ni dans le sens d’un renforcement des cadres de la gouvernance multilatérale, ni dans celui d’un nouvel ordre international, multirégional, mais qu’il a plutôt pour effet, en démultipliant les cadres de gouvernance, de créer de systèmes parallèles, sinon concurrents, et, ce faisant, de faire de la gouvernance de la mondialisation une gouvernance à la carte.

Écrit par

D'autres publications

Notes de recherche | note de recherche de l’OAE

La relance de l’économie japonaise face au déclin de la population

Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

30 mars 2018, 30 mars 2018


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)