Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Le mouvement autochtone mexicain à l’heure du dixième anniversaire des Accords (...)

Le mouvement autochtone mexicain à l’heure du dixième anniversaire des Accords de San Andrés

No 06-10. Mars 2006, 6 mars 2006

Résumé

Le 16 février 2006, le Mexique célébrait le 10e anniversaire de la signature des Accords de San Andrés
(Acuerdos de San Andrés), ou Accords sur les droits et la culture autochtones. Ces accords historiques, qui
visaient essentiellement à obtenir la reconnaissance légale des cultures autochtones et du droit à
l’autodétermination, demeurent toutefois non respectés à ce jour. Même leur 10e anniversaire n’a pas été
souligné outre mesure. Seul le candidat de la coalition de centre-gauche aux présidentielles du 2 juillet
2006, Andrés Manuel López Obrador, en a profité pour déclarer, dans une allocution prononcée au
Chiapas, que s’il est élu, il entérinera les accords signés dans cet État à large population autochtone situé
au Sud-Est du pays. S’il en était ainsi, les rapports de pouvoir seraient passablement modifiés pour les
mouvements autochtones et, sans doute, pour tous les mouvements sociaux du Mexique.

(Suite dans le document pdf)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)