Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Les Amériques du 13 juillet au 8 août 1998

Les Amériques du 13 juillet au 8 août 1998

8 août 1998

MERCOSUR

Le XIV Sommet du MERCOSUR, qui a eu lieu à la fin juillet à Ushuaia dans l’extrême sud argentin, n’a donné que peu de résultats économiques et commerciaux mais a cependant permit d’importantes déclarations au niveau politique. Tout d’abord, les dirigeants des six pays membres ou associés (Chili et Bolivie) ont déclaré la région comme " Zone de Paix et libre d’armes de destruction massive ", déclaration sans aucun doute liée aux événements récents en Asie du Sud. Rappelons que l’Argentine et le Brésil avaient abandonné volontairement leurs programmes nucléaires pendant les années 80.

Par contre le Protocole d’Ushuaia, qui fut aussi signé par les six chefs d’États, va au-delà du symbole puisqu’il affirme que la rupture de l’ordre démocratique dans l’un des pays membres du Protocole pourrait amener son exclusion du MERCOSUR (ou la fin de son statut d’associé). Ce Protocole, qui doit être ratifié par chaque pays signataire, formalise dans la structure même du MERCOSUR la Déclaration présidentielle de Las Leñas du 27 juin 1992, et son Mécanisme de concertation politique, en plus d’étendre l’effet de la " clause démocratique " au Chili et à la Bolivie. Rappelons que les dirigeants du MERCOSUR avaient utilisé ce mécanisme en 1996 pour avertir les autorités militaires du Paraguay des conséquences d’un coup d’État et encore une fois de manière plus informelle, plus tôt cette année, dans la situation confuse dans laquelle se sont déroulées les élections au Paraguay.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)