Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Haïti pourra-t-il renaître de ses cendres ?

Haïti pourra-t-il renaître de ses cendres ?

No 06-11. Mars 2006, 13 mars 2006

Près de deux ans après la chute de l’ex-président Aristide, Haïti a attiré de nouveau l’attention du monde entier lors des élections du 7 février dernier à l’issue desquelles René Garcia Préval, du parti Lespwa (L’espoir), a été déclaré vainqueur. Malgré sa petite taille, ce petit pays d’à peine 27 750 km2, situé dans la partie ouest de l’île d’Hispaniola – l’autre partie étant occupée par la République dominicaine – sollicite toute l’attention de la communauté internationale depuis une décennie en raison de la crise politique, sociale et économique qui y sévit. Depuis son accession à l’indépendance en 1804, seulement sept des 44 chefs d’État qui ont été en place – dont des présidents à mandat limité, des présidents à vie, deux empereurs et un roi – ont terminé leur mandat. Il n’y a eu que deux transitions pacifiques du pouvoir de présidents élus au suffrage universel, introduit en 1950. Haïti est ainsi considéré comme une menace pour la sécurité de la région, d’autant plus que les États-Unis d’Amérique (EUA) ont signé récemment un accord de libre-échange avec son voisin, la République dominicaine.

(Suite dans le document pdf)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)