Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) > Droits et devoirs des investisseurs : deux poids, deux mesures

Droits et devoirs des investisseurs : deux poids, deux mesures

16 novembre 2001

Deux traits caractérisent l’époque actuelle au
plan économique. D’une part, nous pouvons
constater la libéralisation des marchés en ce qui
a trait aux biens, aux services et aux
investissements. Cette ouverture des marchés
permet aux investisseurs de s’implanter là où ils
veulent, c’est-à-dire là où les conditions sont
rassemblées afin de maximiser leur taux de
profit. D’autre part, nous voyons l’hégémonie, au
plan idéologique, du néo-libéralisme qui s’élève
presque au niveau du dogme, et qui assimile que
le développement à la croissance économique,
croissance économique évidemment portée par
les capitaux privés. (suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)