Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Globalisation, investissements et concurrence - la voie du régionalisme : le projet des Amériques

septembre 2001

Cahiers de recherche du CEIM, No. 01-09, septembre 2001.

C’est sur un compromis que le nouvel ordre économique international fut
construit : la souveraineté des États et leur droit d’intervention étaient reconnus sur
le plan économique mais, au niveau international par contre, l’exercice de ce droit
se trouvait subordonné à la reconnaissance juridique de deux principes, l’égalité de
traitement et la liberté de commercer. Comme le souligne Graz, ce compromis
marque la première véritable tentative de concilier, sur une très large échelle,
libéralisme et interventionnisme, d’une part, multilatéralisme et autonomie
nationale, d’autre part. On peut également dire, avec Ruggie1, que le libéralisme
était « encastré » mais cet encastrement était national et, de surcroît, le compromis
était fragile. Non pas tant parce que l’action des États était désormais soumise aux
engagements souscrits sur la scène internationale, mais plutôt parce que, pour la
première fois, la liberté de commercer prenait forme de droit dans les relations
économiques entre les États. Toujours est-il que, pendant trois décennies, les
entreprises furent soumises à des contrôles, règles et autres prescriptions de
résultats qui, sans totalement freiner leur transnationalisation, les ont privées de la
marge de manoeuvre souhaitée pour organiser leurs activités sur une échelle
planétaire.

(Suite dans le document joint)

D'autres publications

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents

David Morin et Vivek Venkatesh sont également co-titulaires de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et (...), 25 octobre 2019

François Audet est directeur de l’IEIM et professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG)

François Audet a donné plusieurs entrevues la semaine dernière

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Les entrevues ont eu lieu au 98.5 fm et QUB radio, 21 octobre 2019, par François Audet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)