Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) > L’influence canadienne à travers les opérations de paix, 1956 à (...)

L’influence canadienne à travers les opérations de paix, 1956 à 2005

30 novembre 2006

Charles Létourneau. L’influence canadienne à travers les opérations de paix, 1956 à 2005, Montréal : CEPES, Série Mémoires, vol. 5, novembre 2006.

Un des mythes de la politique étrangère canadienne veut que plus le pays déploie de Casques bleus dans le cadre d’opérations de paix, plus il jouit d’une influence tangible auprès des autres États, particulièrement ses alliés traditionnels (nommément les États-Unis, la France et le Royaume-Uni). Cette rhétorique, pratiquement calquée de l’approche fonctionnaliste, persiste depuis la création des Nations unies, en dépit des multiples changements de gouvernements. L’objectif de cette recherche est donc de vérifier si ce raisonnement est justifié, et que le pays se voit véritablement octroyer une influence quelconque émanant de sa participation aux missions multilatérales. Pour se faire, trois cas sont étudiés, soit la Force d’urgence des Nations Unies (FUNU), la Force de protection des Nations Unies dans les Balkans (FORPRONU) et la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS). L’analyse des trois opérations sélectionnées ne permet pas de corroborer la thèse des élites politiques canadiennes, ni de l’infirmer catégoriquement. Elle permet néanmoins de douter de l’efficacité de l’argumentaire ; plusieurs éléments le remettent d’ailleurs en question.

***
Table des matières :

1. Introduction ;
2. Cadre théorique ;
3. La Force d’urgence des Nations Unies (1956-1967) ;
4. La Force de protection des Nations Unies dans les Balkans (1992-1995) ;
5. La Force internationale d’assistance à la sécurité (2003-2005) ;
6. Conclusion.


Écrit par
Suivant

Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)