Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) > L’Afghanistan : l’archétype d’une "nouvelle" politique étrangère canadienne (...)

L’Afghanistan : l’archétype d’une "nouvelle" politique étrangère canadienne ?

4 janvier 2007

Charles Létourneau et Justin Massie. « L’Afghanistan : archétype d’une "nouvelle" politique étrangère canadienne ? », Options politiques, vol. 27, no. 10, décembre 2006 / janvier 2007, p. 28-34.

La participation du Canada aux opérations militaires en Afghanistan suscite d’importantes réserves parmi la population, notamment parce qu’elle est perçue comme marquant l’abandon d’un pilier historique de notre politique étrangère, celui du maintien de la paix. Or, s’il est vrai que la Force internationale d’assistance à la sécurité ne représente pas le modèle de mission multilatérale auquel les Canadiens ont été habitués, affirment Charles Létourneau et Justin Massie, elle n’est pas unique en son genre pour autant et constitue en vérité une suite logique des initiatives prises par Ottawa depuis quinze ans. Ils passent cette évolution en revue et montrent comment le Canada a suivi ses alliés traditionnels, délaissant l’ONU au profit de l’OTAN. L’absence de consensus public quant au rôle des forces armées canadiennes risque toutefois d’assombrir leurs succès et de limiter la portée de ce que le Canada peut accomplir sur la scène internationale, concluent-ils.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)