Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Le peuple contre la nation. Mobilisations sociales et démocratie au (...)

Le peuple contre la nation.
Mobilisations sociales et démocratie au Mexique

No 07-02. Janvier 2007 , 22 janvier 2007

Résumé

L’histoire ne cesse de trébucher au Mexique. L’arrivée à la présidence, en 2000, de Vicente Fox et son Parti de l’action nationale (PAN), avait été perçue comme une véritable transition vers la démocratie dans ce pays. L’alternance au pouvoir devait soi-disant permettre de moraliser la vie politique et de démanteler, au moins partiellement, un système de corruption généralisé. Les analystes politiques attendaient beaucoup des lections présidentielles de 2006. Pourtant, le Mexique se révèle toujours aux prises avec le même défi, celui d’une réelle démocratisation de sa vie politique. Tout comme son prédécesseur, le PAN semble avoir succombé à la tentation monopoliste du pouvoir, quitte pour cela à manipuler le processus électoral afin de demeurer aux commandes de l’État. Dans cette démocratie fantoche où la nation manipulée ne peut librement s’exprimer, tout en étant encensée par les élites au pouvoir qui se réfugient derrière un formalisme aveugle, c’est le peuple que nous voyons ressurgir pour que renaisse la démocratie.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal