Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Le renouvellement du mandat de la MINUSTAH en Haïti : enjeux et limites

No 07-12. Avril 2007 , 30 avril 2007

Le 15 février 2007, le Conseil de sécurité (CS) des Nations Unies décide de proroger jusqu’au 15 octobre 2007 le mandat de la mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH), instituée dans la foulée de la rébellion armée ayant provoqué la chute du président Jean-Bertrand Aristide, le 29 février 2004. Parmi les objectifs visés, figurent la mise en place d’un nouveau gouvernement légitime, ainsi que l’installation de nouvelles assemblées issues du suffrage universel au niveau territorial et national. Il faut ajouter également l’application d’un programme de reformes des institutions constituantes du secteur de la sécurité, à savoir le droit, la police, la justice et le système pénitencier. Malgré les résultats positifs enregistrés, le CS considère « que la situation en Haïti continue de menacer la paix et la sécurité internationales dans la région malgré les progrès accomplis à ce jour » [Résolution 1743 (2007)].L’hypothèse centrale qui sera développée ici est la suivante : cette prorogation répond à la nécessité de constituer un pôle de stabilité dans le paysage institutionnel haïtien en proie à de profondes mutations.

Écrit par

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)