Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’économie politique de défense (OEPD) > Chaire de recherche du Canada en politique étrangère et de défense canadiennes (...) > Les parcours du marronnage dans l’histoire haïtienne : entre instrumentalisation

Les parcours du marronnage dans l’histoire haïtienne : entre instrumentalisation politique et réinterprétation sociale

Mercredi 4 juillet 2007
de 19h00 à 21h00, A-1715, pavillon Huber-Aquin, UQAM, métro Berri-UQAM

Conférence de Dimitri Béchacq
Chercheur Centre d’études africaines
École des hautes études en sciences sociales, Paris

L’objet de cette conférence est d’examiner les usages sociaux et politiques du phénomène du marronnage, terme qui désignait la fuite des esclaves hors du système des plantations dans la colonie française de Saint-Domingue. Après 1804, date qui consacre la révolte des esclaves commencée en 1791, les pratiques coercitives du nouvel État haïtien favorisèrent la poursuite de stratégies de résistance et orientèrent la construction d’une histoire officielle haïtienne. Ces rapports de domination nourrirent un registre de mémoires plurielles dont les traces marquent jusqu’à aujourd’hui les diverses réinterprétations publiques du marronnage, de la rumeur populaire aux commémorations officielles. Avec l’exemple de la statue du Marron Inconnu, l’examen du statut changeant du marronnage dans l’histoire haïtienne ainsi que l’analyse des différents usages langagiers de ce terme, permettent d’éclairer la longévité et la diversité des valeurs véhiculées par la figure du marron, entre héroïsme et anti-modèle social. Cette dichotomie illustre la présence massive et diffuse de l’histoire dans le paysage social et politique haïtien, et elle véhicule le poids des catégorisations sociales et raciales héritées de la période esclavagiste.

Pour davantage d’informations, n’hésitez pas à contacter Charles Létourneau, coordonnateur :
- letourneau.charles@uqam.ca
- 514 987 3000 #8929

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal