Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) > Un conseil de sécurité nationale à la française : L’Élysée à l’heure de la (...)

Un conseil de sécurité nationale à la française : L’Élysée à l’heure de la Maison blanche ?

31 juillet 2007

David Morin et Samir Battiss, « Un conseil de sécurité nationale à la française : L’Élysée à l’heure de la Maison blanche ? », Points de Mire, Montréal : Notes du CEPES, vol.8, no.6, juillet 2007.

Régulièrement attaqué en raison de ses sympathies pour Washington, parfois soupçonné de néo-conservatisme et entouré de personnalités réputées atlantistes, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a récemment offert un argument de plus à ses détracteurs en annonçant la création d’un Conseil de sécurité nationale (CSN) sur le modèle du National Security Council (NSC). Cette réforme a pu être interprétée comme une preuve supplémentaire de l’attraction qu’exercerait la Maison Blanche sur l’Élysée. Cependant, plus qu’une américanisation de l’esprit et des structures des politiques étrangère et de sécurité françaises, cette petite « révolution dans les affaires sécuritaires » est surtout l’aboutissement d’un processus en germe depuis plusieurs années et confirme certaines tendances entraperçues à la lueur des dernières décennies.

L’idée d’une superstructure à haute valeur ajoutée d’aide à la décision était, en effet, dans l’air chez certains responsables politiques de tout bord, hauts fonctionnaires et experts. De ce point de vue, la création d’un CSN répond à un besoin identifié de longue date par de nombreux acteurs de la sécurité, celui de rationaliser le processus décisionnel en matière de politique étrangère et de sécurité. Par ailleurs, cette réforme consacre une tendance enracinée dans l’évolution institutionnelle de la Vème République, celle d’une présidentialisation accrue du régime. Finalement, elle reflète le volontarisme, réel ou affiché, et le style du nouveau président dans l’exercice de son pouvoir, dont on peut se demander si l’ouverture annoncée vis-à-vis des autres acteurs de la vie politique, trouvera également un prolongement dans des domaines traditionnellement aussi fermés que la politique étrangère et la sécurité. [...] Texte complet disponible en format PDF.

Tous les numéros de la collection Points de mire sont disponibles ici


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)