Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) > La prolifération des armes de destruction massive : « ange noir » de la (...)

La prolifération des armes de destruction massive : « ange noir » de la sécurité internationale ?

10 octobre 2007

Grégory Boutherin et Christophe Pajon. « La prolifération des armes de destruction massive : « ange noir » de la sécurité internationale ? », Points de mire, vol. 8, no. 7, 10 octobre 2007.

Évoquer la prolifération des armes de destruction massive (ADM), c’est aussi prendre en considération les instruments de la non- et contre-prolifération. Cet antagonisme révèle un schème culturel : la qualification quasi-hygiénique du phénomène – une prolifération s’avère rarement positive – suscite la perception d’une menace et justifie une réponse. La globalisation devient alors un contexte facilitant l’endémie. Cette logique caractérise les discours des pays non proliférants. L’argumentaire teinté de nationalisme et d’indépendance, notamment énergétique, des pays cherchant à développer, par exemple, leur potentiel nucléaire, tente de contourner ce raisonnement en adoptant le registre des rapports dominants/dominés. À un discours médicalisé et biologisé répondrait un discours articulé autour de l’affrontement sociétal.

Cette brève prise de distance ne saurait dissimuler toutefois le fait que la question de la prolifération est concrètement devenue un enjeu international depuis la première Guerre du Golfe et la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité des Nations Unies (31 janvier 1992). Les épisodes intervenus depuis 2002 concernant le programme iranien le soulignent et, comme le cas nord-coréen, sont révélateurs de l’évolution (érosion ?) du régime juridique international développé depuis les années 1960 et des réponses pragmatiques qui peuvent, peut-être, permettre de surmonter ses défaillances.

Tous les numéros de la collection Points de mire sont disponibles ici


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)