Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Amérique centrale. Bilan 2002

Amérique centrale. Bilan 2002

No 03. Janvier 2003, janvier 2003

Économie

Après avoir été durement touchée par l’ouragan Mitch en 2001, l’Amérique centrale se remet avec peine de ses difficultés économiques. La région est frappée de plein fouet par la chute des prix internationaux du café1, qui a fait perdre aux pays producteurs quelque 713 M$ US en 2001, jeté au chômage des milliers de travailleurs journaliers2 et malmené quelque 300 000 producteurs agricoles. Le café représente une importante source de devises pour l’Amérique centrale et une part appréciable de son économie, soit 8,2 % du PIB du Honduras, 7,2 % au Nicaragua, 4,2 % au Guatemala, 2,5 % au Salvador et 1,3 % au Costa Rica. Une rencontre entre gouvernements, producteurs et exportateurs a été organisée en avril par la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement et l’Agence de développement internationale (AID) pour tenter de solutionner la crise. La baisse de revenus a obligé les gouvernements de la région à venir en aide aux paysans au bord de la faillite et à réduire leurs dépenses publiques. Selon la CÉPALC, cette mesure s’est avérée improductive. La CÉPALC plaide davantage pour le financement de méthodes plus efficaces de production et pour la diversification des produits agricoles3. L’Agence de développement internationale (AID) a avancé quelque 6 M$US pour favoriser de nouvelles cultures.

Contrairement à ce qui était espéré, la majorité des PME de la région n’ont pas réussi à prospérer en 2002 et font face à une situation précaire en raison d’un manque de productivité et de capitalisation. Selon une étude de l’OIT, 83 % des 3,1 millions de PME en Amérique centrale fournissant de l’emploi à quelque 5,6 millions de travailleurs, ont de faibles revenus et une mauvaise qualité de production.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)