Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) > L’économie autrement-soirée débat

Soirée débat organisée par Les amis du Monde diplomatique

L’économie autrement-soirée débat

Jeudi 22 novembre 2007
à 19h00, 394 Maisonneuve ouest, Salle Simon Bolivar, Métro Place des Arts, un peu à l’ouest de l’avenue du Parc

Avec : Gilles Dostaler (Professeur au département des sciences économiques de l’UQAM), Sylvie Morel (Professeure au département des relations industrielles de l’Université Laval) et Vincent van Schendel (Coordonnateur à l’Alliance de recherche université communauté en économie sociale)

La pensée économique dominante selon laquelle l’économie serait une mécanique mue par des lois naturelles, légitime l’ordre établi et les pouvoirs en place. Trois économistes viennent présenter une critique des courants théoriques dominant en économie pour mettre en évidence les alternatives, théoriques et pratiques, dans ce domaine. Car nombreux sont les débats et les controverses qui, sur des questions de fond, opposent les économistes entre eux. Il ressort de ces interventions que la première forme de résistance que devraient privilégier ceux et celles qui s’opposent au néolibéralisme, loin de se cantonner dans du « social » pour répondre à l’« économique », consiste plutôt à comprendre les faiblesses des courants dominants et les forces des courants qui s’opposent à ces derniers. Les propositions de politiques et de pratiques économiques progressistes pourraient trouver ainsi une légitimité et une crédibilité nouvelles. Pour exercer notre pouvoir citoyen sur le terrain économique, nous devons démystifier le discours dominant, connaître l’existence d’autres analyses et libérer ainsi l’imagination stratégique en matière économique.

Organisé par

D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal