Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Aux fondements théoriques de la représentation politique

30 janvier 2008

Auteures : Josiane Boulad-Ayoub, Paule-Monique Vernes

Collection : Mercure du Nord, 128 pages, 2007

Le paradoxe de la représentation tient en ceci  : la volonté exprimée par les représentants n’est pas censée être la leur, mais celle du peuple. En ­réalité si le peuple a une volonté, comment s’assurer que celle-ci est exprimée par les représentants ­puisqu’on ne connaît cette volonté du peuple que par celle des représentants  ?

Ce livre s’efforce de remonter aux fondements théoriques non ­seulement de la représentation mais aussi de son refus radical et de sa contestation. Les théories n’ont pas été séparées de leurs figures historiques. Au centre de cette recherche, le rigoureux paradoxe de Rousseau qui ­démontre le caractère introuvable de la volonté générale tout en récusant toute représentation et conclut à l’impossibilité de la démocratie dans son véritable sens de gouvernement du peuple par le peuple.

Le réquisitoire anarchiste contre le système représentatif et le suffrage universel fait renaître l’idée de fédérations locales. Aujourd’hui, il fait éclater les frontières nationales et lance des luttes ponctuelles sur tous les points chauds de la planète, la logique de la mondialisation laissant se déployer les revendications spécifiques pour des groupes exclus jusqu’ici du droit démocratique à la parole.

Nos démocraties seraient-elles simplement des sociétés qui choisissent leurs représentants et peuvent les renvoyer  ? Sans doute faut-il s’y ­résigner si c’est le seul moyen de sauvegarder la liberté.

Biographie

Josiane Boulad-Ayoub, de la Société royale du Canada, est professeur de philosophie moderne et politique à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste de la Révolution française.

Paule-Monique Vernes est professeur émérite de philosophie ­moderne et politique de l’Université de Provence.

Mots-clés

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)