Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) > Le prisme de l’allié fiable et influent : Analyse du rapport Manley

Le prisme de l’allié fiable et influent : Analyse du rapport Manley

18 février 2008

Justin Massie. « Le prisme de l’allié fiable et influent : Analyse du rapport Manley », Points de mire, vol. 9, no. 2, 18 février 2008.

Après plus de trois mois d’enquête, la commission Manley a rendu public ses recommandations à l’égard de l’avenir de la mission canadienne en Afghanistan. Comme certains le soupçonnaient dès sa mise en place , le rapport Manley recommande de prolonger les efforts de combat canadiens au-delà de février 2009 à condition toutefois d’accroître les capacités militaires de l’OTAN à Kandahar. Il n’y a là rien de trop surprenant disent certains, compte tenu du prétendu peu d’indépendance politique dont jouissaient les membres du comité, pourtant formé afin de transcender les divisions politiques sur le sujet. D’autres signalent plutôt que la commission Manley a pris soin de mettre sur la table les bases d’un compromis politique entre les positions du gouvernement conservateur et celles de l’opposition libérale à la Chambre des communes. Mais une analyse attentive du rapport Manley révèle une vision sous-jacente aux recommandations qui va au-delà de l’idéologie partisane : il s’agit de la norme bien ancrée en politique étrangère canadienne voulant que le Canada doive se comporter en tant qu’allié fiable afin d’exercer une influence notable sur la scène internationale. [...]

Tous les numéros de la collection Points de mire sont disponibles ici

Mots-clés


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)