Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > La démocratie colombienne : regard à la lumière des élections locales d’octobre (...)

La démocratie colombienne : regard à la lumière des élections locales d’octobre 2007

No. 08-06. Mars 2008, 3 mars 2008

Résumé

Le 28 octobre 2007, les Colombiens se sont rendus aux urnes pour élire 32 gouverneurs, 1099 maires, ainsi que tous les représentants des assemblées départementales, des conseils de ville et, dans certains cas, des conseils d’administration locaux. En tout, 18 332 représentations publiques à combler que se disputaient 86 000 candidats. Bien sûr, l’exercice ne visait pas le choix d’un chef de gouvernement au niveau national, mais celui de mandataires locaux. Pourtant ces élections étaient déterminantes, aussi bien en tant que révélateur de la santé démocratique du pays, qu’en tant que précurseur de son état futur. La Colombie, faut-il le rappeler, n’a toujours pas mis fin au conflit armé déclenché il y a près d’un demi-siècle. Par ailleurs, la démocratie locale à proprement parler en est encore à ses premiers balbutiements, puisque l’élection des représentants au suffrage direct n’est en vigueur que depuis 1988. Les élections du mois d’octobre auront-telles été, pour les Colombiens, l’occasion d’exercer un droit de vote en bonne et due forme ? Que signifient de telles consultations électorales dans le contexte d’un pays qui demeure plongé dans un conflit d’une extrême complexité, et quel type de démocratisation peut-on voir émerger du nouveau panorama politique local ? La présente chronique propose quelques pistes de réflexion à partir de ces questions.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal