Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Le cycle de Doha n’aura pas lieu

Le cycle de Doha n’aura pas lieu

No. 08-14. Septembre 2008, 10 septembre 2008

Résumé

À Genève, du 21 au 29 juillet 2008 s’est déroulé le dernier acte en date d’un cycle lancé en novembre 2001. Sept ans de réflexion n’auront pas suffi pour conclure un cycle à la fois très ambitieux et d’une grande technicité. Le résultat est décevant à plus d’un titre et appelle une réflexion sur la gouvernance commerciale multilatérale, d’autant plus que le télescopage des calendriers politiques internes aux différents membres ne permet pas d’envisager une relance de la négociation avant fin 2009, voire plus tard. Cette chronique s’organise en trois temps. Le premier met en perspective le déroulement de l’agenda pour le développement de Doha. Le deuxième engage la discussion autour de trois problèmes de gouvernance du système OMC tels que le déroulement du cycle les met en évidence. Le dernier temps formule une proposition quant à l’évolution possible du système commercial multilatéral qui va dans le sens d’un régime international de concurrence praticable tant sectoriel qu’interétatique.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)