Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Le bilatéralisme commercial des États-Unis

19 septembre 2008

Pour une version réduite de ce cahier de recherche, voir : Deblock, Christian, « Le bilatéralisme commercial des États-Unis », dans Bernard Remiche et Hélène Ruiz-Fabri (dir.), Le commerce international entre bi et multilatéralisme, Larcier, Bruxelles, 2010, pp. 115-173.

Le régionalisme économique divise la pensée libérale, entre ceux qui y voient une entorse grave à l’ouverture multilatérale des marchés et une intrusion du politique dans le monde l’économie et ceux pour qui, au contraire, complémentaire du multilatéralisme, il stimule les échanges, ouvre de nouveaux domaines de libéralisation et favorise la coopération. Une abondante littérature existe sur ces débats, et mon propos n’est pas d’y revenir dans les pages qui suivent. Je voudrais plutôt orienter la discussion autour du libre-échange et du bilatéralisme et clarifier la place que l’un et l’autre occupent dans la politique commerciale américaine. Ce faisant, je voudrais lever deux malentendus. Concernant le libre-échange tout d’abord, il y a confusion de langage. La politique commerciale américaine n’est pas orientée vers le libre-échange mais vers l’ouverture ordonnée des marchés. Ordonnée dans le sens où cette ouverture doit être négociée selon un principe directeur, la réciprocité, et satisfaire à trois types d’exigences, de concurrence loyale, de respect des souverainetés et d’équité dans la répartition des avantages et des coûts. Concernant le bilatéralisme, je serai tout aussi direct : entre le bilatéralisme, le régionalisme et le multilatéralisme, il n’y a jamais eu pour les États-Unis qu’une différence de niveaux. Les règles commerciales doivent être les mêmes, les accords doivent être de type contractuel et la coopération institutionnalisée.

(suite dans le document joint)

Écrit par

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)