Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Projet d’études sur les technologies de l’information et des communications (...) > Mythes et limites de la gouvernance globale des télécommunications

Mythes et limites de la gouvernance globale des télécommunications

A Contrario, Vol. 2, no 2, 2004, 2004

Michèle Rioux, « Mythes et limites de la gouvernance globale des télécommunications », A Contrario, Vol. 2, no 2, 2004, pp. 116-136.

Le secteur des télécommunications est un excellent exemple des changements
ayant favorisé l’émergence d’une nouvelle gouvernance du système capitaliste,
une gouvernance fondée sur la capacité autorégulatrice des marchés et largement
contrôlée par le secteur privé. Ce secteur des télécommunications est aujourd’hui au
centre des enjeux stratégiques des firmes et des États tout autant qu’il est au centre des
débats sur le développement de la société de l’information. C’est un cas particulièrement intéressant pour saisir l’économie politique internationale à l’ère de la globalisation économique, les mythes, les limites ainsi que les nouveaux enjeux de régulation
d’un capitalisme global

[Suite dans le document joint]


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)