Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Les faiblesses du système électoral

16 janvier 2009

Domingo Santacruz, directeur de la Coordinadora para la Reconstruccion y desarrollo (CRD), disait craindre la réaction de la population en cas de fraude électorale évidente. En effet, après 17 années de processus démocratique la situation pourrait être explosive. C’est pourquoi le FMLN notamment salue la présence d’observateurs internationaux. Une fraude est possible en raison du contexte actuel et de certaines failles du système électoral.

L’ARENA, le parti au pouvoir depuis 1994, est menacé par le FMLN qui a fait une percée importante lors des dernières élections. Le parti de gauche a remporté la mairie de presque toutes les grandes villes lors des élections. De plus, il est arrivé nez à nez avec l’ARENA lors des élections législatives de 2006. Les sondages semblent donner 10 à 20 points d’avance au FMLN pour les élections présidentielles et ce depuis un an, 9 points aux législatives et 7 points aux municipales.

Selon Sigfrido Reyes, député du FMLN aux élections législatives, il y a une régression dans le processus démocratique depuis 1997. Il n’a pas confiance dans le système actuel ni dans le Tribunal suprême électoral (TSE) car ce dernier est aux mains des partis de droites. Le TSE est la première faiblesse du système démocratique salvadorien. Tel que je l’ai expliqué dans le texte sur le TSE, ce dernier est juge et partie. Même, si les principaux partis y sont représentés, comme il ne s’agit pas d’une instance neutre, les abus sont toujours possibles et les décisions sont sous influences partisanes. Le FMLN demande l’établissement d’un consensus pour établir les règles électorales.

L’une des décisions prises par le TSE est la validation du bulletin de vote même si le bulletin n’est pas signé par le secrétaire d’élection alors que ce dernier a l’obligation de le signer. Auparavant, un bulletin non signé était rejeté. L’une des craintes du FMLN est que certaines personnes profite de cette occasion pour développer une fraude à la chaine. Dans ce cas un électeur qui va voter, il prend le bulletin, va à l’isoloir, mais au lieu de cocher le bulletin il sort un faux bulletin de sa poche et y dépose le vrai bulletin en cochant le parti adverse. Ensuite, il retourne au bureau de vote et dépose le faux bulletin dans la boîte de scrutin. Par après, il donne le vrai bulletin à un autre électeur qu’il paie pour qu’il aille déposer le bulletin coché dans l’urne et ramène un nouveau bulletin, et ainsi de suite. En revanche, le secrétaire devra payer une amende de 100$ par bulletin de vote non signé. Mais le parti ARENA pourrait assumer ces frais car il a beaucoup d’argent à sa disposition.

Le financement des partis politiques est d’ailleurs une autre faiblesse du système électoral salvadorien. Comme le mentionne Transparency international, le Salvador est l’un des rares pays où il n’y a pas d’obligation pour les partis politiques de déclarer leur financement, à l’instar de l’Albanie, de Madagascar, du Sri Lanka et de la Suisse. Le FMLN demande que cela change également.

L’autre faiblesse du système électoral est l’opacité des listes électorales, il n’y a aucun moyen de vérifier où vivent les gens. C’est comme une boîte noire dans laquelle on ne sait pas ce qu’il y a. Selon le dernier recensement il y aura 5.7 millions de citoyens. Le Tribunal Suprême internationa évalue à 4.2 millions le nombre d’électeurs. 1.5 million d’enfants c’est très peu. L’exemple de San Salvador est particulièrement évocateur. Sur 315 000 personnes recensés, il y a 286 000 électeurs ce qui signifie qu’il n’y aurait que 29 000 enfants, alors que l’on sait qu’il y 90 000 enfants dans les écoles. La crainte est que plusieurs personnes votent alors qu’ils n’ont pas le droit ou que certaines personnes votent deux fois.

Écrit par

D'autres publications

François Audet est directeur de l’IEIM et de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH), ainsi que professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG)

François Audet a donné plusieurs entrevues la semaine dernière

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Plusieurs sujets ont été abordés : le récipiendaire du prix Nobel de la paix 2019, l’aide internationale canadienne et (...), 12 octobre 2019, par François Audet

Ouvrages collectifs | Éric Mottet est professeur au Département de géographie de l’UQAM et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Les nouvelles routes de la soie. Géopolitique d’un grand projet chinois

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’ouvrage a été publié aux Presses de l’Université du Québec, 9 octobre 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)