Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie (...) > Les origines profondes de la crise

Article paru dans La Presse du 20 décembre 2008

Les origines profondes de la crise

4 février 2009

Extrait :

Éric Pineault

La Presse

Les annonces récentes de mises à pied, de ralentissements de la production et de fermetures d’établissements confirment que ce qui n’était qu’une crise financière est devenu une crise économique dont les effets seront profonds et durables.

Dans un tel scénario, l’ensemble des acteurs économiques vont s’engager dans une diminution de leurs activités et surtout remettre à plus tard leurs projets d’investissement, en même temps qu’ils s’engageront dans une recherche désespérée de liquidités. Les mesures envisagées jusqu’à maintenant pour répondre à la crise (la baisse des taux d’intérêt, les garanties de prêt, la recapitalisation de certaines grandes entreprises et institutions financières) sont nécessaires pour éviter un effondrement complet du système, mais ne peuvent pas garantir une relance viable. L’accélération des dépenses publiques en infrastructures peut aussi aider à éviter le pire, mais les investissements publics annoncés à ce jour sont peut-être encore trop timides pour briser le cercle déflationniste/dépressif. [...]

Pour la suite de cet article voir le document joint ou l’adresse web suivante : http://www.cyberpresse.ca/opinions/forums/200812/20/01-812189-les-origines-profondes-de-la-crise.php


Entrevue avec
Produit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal