Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Le régionalisme en Asie : un chantier, trois concepts

Mondes en Développement, no 144, 2008, 25 février 2009

Éric Boulanger, Christian Constantin et Christian Deblock, « Le régionalisme en Asie : un chantier, trois concepts », Mondes en Développement, Vol. 36, no 144, 2008, pp. 91-114.

Aussi paru dans : Le service public de demain, Coll. Problèmes économiques ; la Documentation française, no 2967, 18 mars 2009, pp. 32-40.

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/3303332029679/index.shtml]

Pendant longtemps, le paysage géopolitique de l’Asie a été marqué, d’un
côté, par les alliances stratégiques bilatérales avec les États-Unis et, de
l’autre, par des stratégies développementalistes fortement inspirées du modèle
japonais des oies sauvages. L’Asie serait ainsi devenue la région par excellence
de tous les miracles économiques, sans que le protectorat de facto des États-Unis
ne soit remis en question, sans non plus que le Japon, malgré sa puissance et
l’étendue de ses réseaux d’entreprises, ne parvienne à s’imposer comme leader
régional et à changer ainsi l’ordre établi.
Davantage encore que la fin de la Guerre froide, la globalisation et le décollage
rapide de la Chine ont bouleversé les équilibres établis. Les États-Unis sont
toujours la première puissance militaire en Asie, les flux commerciaux
demeurent orientés vers eux et les alliances bilatérales restent au coeur de
l’édifice de paix économique qu’ils y ont construit. Les échanges économiques
se réorganisent toutefois, la dynamique de la croissance se déplace
graduellement vers la Chine et le nouveau défi qui s’impose aux États-Unis est
de participer à cette nouvelle dynamique, tout en cherchant un modus vivendi
dans la région. De son côté, la Chine poursuit sa politique d’ouverture et de
charme en se concentrant sur son développement et sur sa relation privilégiée
avec les États-Unis, tout en feignant d’ignorer le Japon. Quant à celui-ci, il a
désormais fait du régionalisme l’un des axes prioritaires de son développement
comme de sa politique étrangère avec l’objectif de créer une communauté
asiatique élargie qui lui permettrait de satisfaire ses ambitions, tout en contenant
celles de la Chine.

[Suite dans le document joint]

D'autres publications

François Audet est directeur de l’IEIM et de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH), ainsi que professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG)

François Audet a donné plusieurs entrevues la semaine dernière

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Plusieurs sujets ont été abordés : le récipiendaire du prix Nobel de la paix 2019, l’aide internationale canadienne et (...), 12 octobre 2019, par François Audet

Ouvrages collectifs | Éric Mottet est professeur au Département de géographie de l’UQAM et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Les nouvelles routes de la soie. Géopolitique d’un grand projet chinois

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’ouvrage a été publié aux Presses de l’Université du Québec, 9 octobre 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)