Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) > MONUC et genre : Quand les grands principes se butent à la réalité

MONUC et genre : Quand les grands principes se butent à la réalité

13 mars 2009

Mélanie Coutu et Sandra Le Courtois. « MONUC et genre : Quand les grands principes se butent à la réalité », Points de mire, vol. 10, no. 2, 13 mars 2009.

Déployée depuis août 1999, la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) est au cœur d’un nombre important d’initiatives, autant régionales qu’internationales, afin que la sécurité et la paix soient restaurées en République démocratique du Congo (RDC). Néanmoins, le 10e anniversaire de cette opération de paix témoigne des grandes difficultés liées au déploiement d’une mission de ce type dans un contexte de ni guerre, ni paix où les fondements du conflit sont multiformes – présence de nombreux groupes armés, trafiquants de toutes sortes, réseaux illégaux d’exploitation des ressources naturelles, effondrement des institutions étatiques et de l’État de droit, économie de prédation et implication directe et indirecte des pays limitrophes.

Les pressions exercées par les organisations internationales féministes, à partir du début des années 1990, ont rendu possible l’adoption de la Résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Cette résolution, adoptée en octobre 2000, avait soulevé un grand enthousiasme en raison de sa reconnaissance de l’importance d’intégrer une perspective sexospécifique à toutes les étapes du processus de paix. Elle a ainsi grandement contribué à sensibiliser les praticiens de la paix aux droits des femmes en temps de conflit et à la nécessité de leur contribution au processus de consolidation de la paix. Néanmoins, une décennie plus tard, force est de constater que la mise en œuvre de cette résolution et le passage de la rhétorique à l’action se font difficilement. À cet égard, l’expérience de la MONUC et l’intégration d’une perspective de genre réalisée dans le cadre de cette mission, s’avère particulièrement révélatrice.

Tous les numéros de la collection Points de mire sont disponibles ici

Mots-clés


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)