Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Gouvernance globale du travail (GGT) > Le traité de libre-échange Canada-Colombie et les droits de la (...)

Le traité de libre-échange Canada-Colombie et les droits de la personne

Les défis de la cohérence dans la politique étrangère canadienne, 16 juin 2009

Les débats entourant la signature d’un traité de libre-échange entre le Canada et la Colombie
(TLECC) ont associé la question de l’accord commercial et des droits de la personne. Le
rapport du Comité permanent du Parlement sur le commerce international, intitulé Human
Rights, the Environment and Free Trade with Colombia, l’illustre éloquemment. D’un côté,
les opposants à la signature de ce traité, provenant de secteurs variés (incluant, en juin 2008
du moins, les trois partis d’opposition à la Chambre des communes), ne manquent pas de
relever la très mauvaise situation humanitaire de ce pays, en guerre depuis près de 50 ans.
De l’autre, les tenants de l’accord prétendent que la situation des droits de la personne s’y
améliore et que l’accord y contribuera, notamment grâce à l’inclusion de clauses relatives à
l’environnement, au droit du travail et à la responsabilité sociale des entreprises.

[Suite dans le document joint]


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)