Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Relation Brésil-Paraguay : la montée des tensions

Relation Brésil-Paraguay : la montée des tensions

N°09-05 Juin 2009, 27 juin 2009

Depuis l’arrivée au pouvoir de Fernando Lugo en août 2008, les tensions entre le Paraguay et son puissant voisin, le Brésil, vont croissantes. À l’origine de ces dissensions se trouvent les exactions commises par les paysans sans terre paraguayens à l’encontre des Brésiliens émigrés dans leur pays afin de cultiver du soja. Ce petit État enclavé compte plus de 300 000 paysans sans terre et la répartition la plus inégale au monde de la propriété terrienne. La renégociation du Traité d’Itaipú, qui dispose de l’électricité produite par le barrage binational du même nom, représente une autre pomme de discorde entre les deux voisins. C’est que le Paraguay considère injuste d’avoir à vendre son excédent énergétique exclusivement au Brésil, et ce, bien en deçà de sa valeur marchande. Cette chronique met en exergue la perspective paraguayenne de cette relation ainsi que les développements récents dans les deux dossiers susmentionnés.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal