Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques > Quel avenir pour les missions de paix ? Afghanistan, Darfour, (...)

Conférence et lancement de livre

Quel avenir pour les missions de paix ? Afghanistan, Darfour, Haïti

Mardi 13 octobre 2009, 18h, Salle des boiseries, local J-2805, Pavillon Judith-Jasmin 2e étage,

Conférenciers

Afghanistan. Terry Liston, ancien colonel du Royal 22e régiment

Darfour. Jean-Philippe Adam, chercheur, Observatoire sur les Missions de paix, Chaire Raoul-Dandurand.

Haïti. Daniel Holly, professeur titulaire, département de science politique, UQAM

Animateur : Charles-Philippe David, professeur titulaire, département de science politique, UQAM

Lancement de livre et cocktail

Afghanistan, Darfour, Haïti. Les missions de paix sont-elles encore possibles ?

Sous la direction de Charles-Philippe David, Collection Points Chauds, éditions Fides, 2009.

Mardi 13 octobre 2009, 18h

Salle des boiseries, Pavillon Judith-Jasmin

2e étage, local J-2805

405, rue Ste-Catherine Est, Métro Berri-UQAM

Entrée libre, inscription préalable en ligne

www.dandurand.uqam.ca

Résumé de l’ouvrage

La question que pose ce livre a tout son sens alors qu’en Afghanistan, au Darfour comme en Haïti, ainsi que dans toutes les autres missions de paix de l’ONU aujourd’hui (presque une vingtaine au total) les espoirs semblent très souvent déçus et les réalisations mitigées et contestées. En bref, l’ONU connaît sa part de problèmes dans la conduite des opérations de paix. Pourtant, depuis le début des années 1990, les Nations Unies se retrouvent au cœur des stratégies de prévention et de résolution des conflits. Alors que l’organisation des Nations Unies a fêté il y a quatre ans son cinquantième anniversaire, elle a déployé pendant les deux dernières décennies des centaines de milliers de casques bleus pour maintenir une paix fragile, éviter la reprise des conflits, dans des missions d’observation et de surveillance des zones de tensions.

Mais l’avènement d’un monde multipolaire marqué par les conflits intraétatiques a consacré l’obsolescence de la notion même de casque bleu impartial s’interposant entre des combattants qui en avaient au préalable accepté le principe. Désormais, les soldats des Nations Unies ont un rôle beaucoup plus actif, qui les amène à définir et imposer les normes de la paix. Les « États faillis », par exemple, ne sont la plupart du temps plus en mesure d’assurer leur pleine souveraineté sur le territoire : la seule présence des casques bleus suffit parfois à ramener la sécurité nécessaire pour réduire les facteurs de tensions et amorcer un processus de paix. Leur action s’inscrit toutefois dans une démarche plus globale où organisations humanitaires et institutions financières conjuguent leurs démarches dans un contexte qui adopte désormais des doctrines qui vont au-delà d’une vision traditionnelle du maintien de la paix : les casques bleus doivent désormais rétablir, imposer et consolider la paix.

Ainsi, depuis la fin du 20e siècle, les missions traditionnelles de maintien de la paix chapeautées par l’ONU se font de plus en plus rares. Non seulement les casques bleus onusiens assument des mandats davantage diversifiés, mais ils partagent désormais le terrain avec des « bérets verts » et autres militaires issus d’organisations internationales comme l’OTAN. De nouveaux concepts et méthodes ont été développés par divers gouvernements, dont le gouvernement canadien. Le Canada a ainsi élaboré le concept des trois « D » - Développement, Diplomatie et Défense -, afin de guider ses interventions dans la conduite des missions auxquelles il participe. Ces missions sont-elles davantage efficaces que les missions dites plus traditionnelles ? Donnent-elles des résultats tangibles sur le terrain ? La capacité de l’ONU d’agir de façon autonome et indépendante en est-elle diminuée ? C’est à ces questions que répondent les auteurs de cet ouvrage, à travers les cas riches en enseignements de l’Afghanistan, d’Haïti et du Darfour.

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal