Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) > L’illusion du protectionnisme

L’illusion du protectionnisme

7 octobre 2009

7 octobre 2009, Montréal.

« Nombre des maux économiques les plus considérables de notre époque
sont les fruits du risque, de l’incertitude et de l’ignorance. C’est parce
que certains individus, favorisés par leur situation ou par leurs
capacités, expériences hardies, et aussi parce que pour cette même
raison, les grandes affaires sont souvent une loterie, que se créent de
grandes inégalités de richesse ; ces mêmes facteurs sont aussi la cause
du chômage, ils expliquent que des prévisions raisonnables sur
l’évolution des affaires soient détrompées, que le rendement et la
production diminuent. Le remède se situe pourtant hors de la sphère
des actions individuelles ; il peut même être de l’intérêt des individus
d’aggraver la maladie ».
(Keynes, la fin du Laissez-faire, pp. 82-83)

Suite dans le document joint


Écrit par
Suivant

Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)