Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques > L’Iran, vainqueur d’une partie de poker marathon

L’Iran, vainqueur d’une partie de poker marathon

Chronique sur les États-Unis, par Julien Tourreille, 19 octobre 2009

« La reprise des discussions entre l’Iran et le Groupe des 5+1 ne change en rien une tendance de fond. Téhéran maîtrisera plus tôt que tard la technologie nucléaire. Les effets déstabilisateurs d’une telle perspective ne sont pas inévitables. Ils mettent cependant en évidence l’enjeu majeur des négociations qui vont avoir lieu. Il s’agit pour les États-Unis et leurs alliés de s’assurer que l’Iran, doté d’une capacité nucléaire critique, devienne un acteur international responsable, à l’instar du Japon. L’échec serait que Téhéran suive la voie de Pyongyang, celle de l’isolement et de l’affrontement sporadique ».

Pour lire la suite, téléchargez le PDF.

Julien Tourreille est candidat au doctorat en science politique à l’UQAM et chercheur à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)