Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Les murs, ou la marque visible de l’exclusion

Les murs, ou la marque visible de l’exclusion

N°09-07 Novembre 2009 , 5 novembre 2009

Depuis la chute du mur de Berlin et, par conséquent, la fin d’une logique bipolaire qui a marqué les relations internationales pendant près de cinquante ans, on observe, en parallèle avec l’intensification des processus de mondialisation, une parcellisation du monde. Pendant que les élites profitent des bienfaits de la globalisation, les exclus sont les premières victimes de cette fragmentation. Un mur économique, toujours plus haut, sépare les privilégiés des autres. Au-delà de la métaphore, on constate la construction bien réelle de murs de ségrégation, aux quatre coins de la planète. En Amérique latine, continent où la fracture sociale est la plus visible, le phénomène attire l’attention. Ainsi, la ville de Rio a-t-elle entrepris, début 2009, la construction d’un mur pour encercler la favela de Dona Marta, située à proximité d’un quartier résidentiel, avec l’excuse officielle de protéger la forêt primaire attenante. A Buenos Aires, quelques mois plus tard, un mur a commencé à s’ériger entre une zone résidentielle et un quartier populaire, avant que le projet ne soit gelé par les autorités. Deux exemples qui illustrent une nouvelle stratégie face à la violence et à l’insécurité : la relégation « sociospatiale » et le confinement des indésirables derrière des murs.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal