Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) > L’accession à l’OMC : Quelles stratégies pour quelle intégration (...)

L’accession à l’OMC : Quelles stratégies pour quelle intégration ?

Note de travail, Laboratoire d’économie de la production et de l’intégration internationale, septembre 2009

Lorsque l’Algérie opte pour la libéralisation de son économie à la fin des années 1980, elle fait également le choix de s’ouvrir à la concurrence internationale. Depuis lors, la participation active à la mondialisation et la recherche d’une insertion dynamique dans les échanges internationaux constituent des priorités pour les autorités algériennes. Le projet d’adhérer au GATT (dépôt de candidature juin 1987) puis à l’OMC à partir de 1996 est une manifestation concrète de ce choix prioritaire.

Cet article est consacré à une analyse d’économie politique du projet d’accession de l’Algérie à l’OMC. L’hypothèse retenue consiste à analyser l’accession comme révélatrice des contradictions du processus de transformations institutionnelles et structurelles dans lequel est engagée l’économie algérienne. Cette dernière est confrontée à une double problématique : celle d’un pays en développement et celle d’une économie pétrolière peu diversifiée. Ces deux enjeux se recoupent puisque, outre la question de l’emploi résultant de la démographie du pays, le développement économique généralement s’accompagne d’une diversification productive qui réduirait la dépendance de la croissance algérienne aux fluctuations exogènes de ses ressources en hydrocarbures. Simultanément, de l’articulation des politiques commerciales et industrielles, principaux instruments de la diversification productive, dépend la réussite d’une stratégie de développement.

[Suite dans le document joint]


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)