Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Maquiladoras et salaires au Mexique : revue de la littérature

Regards sur le travail, Vol. 6, no 1, 2009, 22 décembre 2009

Mathieu Arès, « Maquiladoras et salaires au Mexique : revue de la littérature », Regards sur le travail. Vol. 6, no 1, automne 2009, pp. 35-39.

Le présent article fait état des principales conclusions sur la question salariale qui se dégagent d’une vaste étude portant sur les maquiladoras et le développement.

En 1965, le gouvernement du Mexique posait les premières bases de l’industrie de la réexportation du pays. Il exemptait alors de mesures tarifaires les intrants importés pour produire des biens dans des territoires désignés, à condition que la majorité de la production soit réexportée. En outre, les nouvelles entreprises nationales ou étrangères, principalement américaines, jouissaient d’une fiscalité minimale. Malgré tout, le programme national mis en place a été relativement peu appliqué jusqu’au début des années 1990. À vrai dire, il s’est ancré au coeur de la stratégie d’attraction des investissements étrangers directs (IDE) en 1994 dans un cadre juridique nouveau : l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Depuis, le terme maquiladora fait référence à une usine dont l’implantation résulte d’un IDE et dont la production est tournée vers les exportations.

[Suite dans le document joint]

D'autres publications

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Critique internationale, n° 81, octobre-décembre 2018, 1er décembre 2018, par Romain Lecler

Articles scientifiques | Bernard Duhaime est professeur au Département des sciences juridiques de l’UQAM, affilié à la CIDDHU et membre du CIRDIS

Protection of migrants from enforced disappearance : A human rights perspective

« The missing », International Review of the Red Cross, Volume 99, No. 905, 26 novembre 2018, par Bernard Duhaime


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)