Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Projet d’études sur les technologies de l’information et des communications (...) > Les États-Unis, l’OMC et la gouvernance de la société de l’information

Les États-Unis, l’OMC et la gouvernance de la société de l’information

Vendredi 26 mars 2010 de 10h30 à 12h, local A-1715, pavillon Hubert-Aquin, UQAM, métro Berri-UQAM


Voyez la conférence : "Les États-Unis, l’OMC et la gouvernance de la société de l’information"

Conférence de Julien Fournier, chercheur au CEIM/Projet ÉTIC.

Le gouvernement des États-Unis est de loin celui qui influe le plus sur la gouvernance de la société de l’information. Il favorise avant tout une autorégulation des entreprises et de l’industrie, en partie parce qu’il détient les leviers pour faire pression ou contraindre les acteurs privés d’accepter ses règles du jeu. La majorité des autres États souverains ne détiennent pas ce pouvoir structurant et doivent se tourner vers les organisations internationales pour tracer, eux aussi, les contours encore flous de cette société de l’information. Les débats autour de la régulation du commerce électronique offrent un cas de figure particulièrement intéressant pour comprendre le rôle et les relations des États-Unis avec les acteurs privés et les autres États souverains. Bien que les Américains influencent fortement les orientations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), il s’agit du principal forum où les divers États, quelque soit leur importance sur la scène internationale, peuvent débattre ouvertement de leur position sur la gouvernance du commerce électronique. L’OMC est une arène nécessaire pour harmoniser les règles commerciales entre les États-membres. Cependant, puisque plusieurs débats majeurs y sont dans une impasse, tel que le différend autour de la classification des produits électroniques en tant que biens ou services, les États-Unis multiplient les traités bilatéraux avec leurs partenaires commerciaux. Ils visent ainsi à établir leur vision de la gouvernance du commerce électronique et, dans une plus large mesure, de la société de l’information.

Organisé par
Participants
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal