Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques > « Appropriation locale » et missions de paix : comprendre l’émergence d’un (...)

Séminaire du Département de science politique

« Appropriation locale » et missions de paix : comprendre l’émergence d’un nouveau paradigme

Mercredi 14 avril, 12 h 30 à 14 h

Mercredi 14 avril, 12 h 30 à 14 h

Université du Québec à Montréal
Pavillon Hubert-Aquin, 3e étage, local A-3316.
Entrée libre.


Contexte

Après des années marquées par des missions au mandat restrictif et/ou appliqué de façon parcellaire (Somalie, Bosnie), suivies de missions d’administration internationale au mandat extrêmement large et intrusif (Kosovo et Timor-Leste), nous assistons à l’émergence d’un nouveau paradigme dans le champ des missions de paix, soit celui de l’appropriation locale (Afghanistan, Commission de consolidation de la paix). Depuis les premières missions de paix au sortir de la deuxième guerre mondiale, l’évolution du maintien de la paix s’est généralement faite au fil des changements systématiques du milieu international ainsi que de leçons apprises sur le terrain par l’ONU. Cette plus récente évolution du maintien de la paix ne fait pas exception. Ainsi, pour bien comprendre les missions d’aujourd’hui, il semble nécessaire de comprendre les leçons tirées des missions d’hier, notamment au Kosovo et au Timor-leste. Par ailleurs, il convient également de bien définir le concept « d’appropriation locale », notamment en s’inspirant des débats touchant les réformes du milieu de la sécurité ainsi que des débats concernant l’aide au développement, dans le but de mieux distinguer pratique et discours dans le domaine du maintien de la paix.

Conférencier

Nicolas Lemay-Hébert détient un doctorat à l’Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences Po Paris) en sciences politiques des relations internationales. Ses travaux portent sur les administrations onusiennes au Kosovo et au Timor-Leste, en tâchant de comprendre comment cette modalité d’intervention peut avoir un impact sur la légitimité perçue de l’intervention, et, subséquemment, sur le succès de l’intervention. Nicolas Lemay-Hébert a été étudiant invité à la faculté de sciences politiques de l’Université Princeton pour l’année universitaire 2007-2008 et chercheur associé au Liechtenstein Institute for Self-Determination (LISD) de l’Université Princeton en 2009-2010. Il a notamment dirigé une mission de recherche au Timor oriental lors de l’été 2008 pour le Programme Institutions for Fragile States de l’Université Princeton. Il a occupé différentes fonctions d’enseignement à l’Institut d’Études Politiques de Paris et a été assistant de recherche pour l’ancien ministre des affaires étrangères de la France, M. Michel Barnier. Il a travaillé en tant que stagiaire-analyste pour l’ONG Médecins sans frontières (2004) et pour l’Ambassade française en Géorgie (2006). Il est maintenant directeur de l’Observatoire sur les Missions de Paix à la Chaire Raoul-Dandurand de l’Université du Québec à Montréal et est également post-doctorant invité au Centre d’Études en Politiques Internationales de l’Université d’Ottawa.

Chapitre d’ouvrages collectifs

« Nationalisme et relations internationales » in Stephane Paquin et Dany Deschênes (dir.), Introduction aux Relations Internationales. Montréal : Chenelières, 2009.

« Le Conseil de sécurité des Nations Unies : entre représentativité et efficacité (avec Ronald Hatto) » in Guillaume Devin et Bertrand Badie (dir.), Le Multilatéralisme :Évolutions et Tendances. Paris : La Découverte, 2007.

Articles scientifiques

« State-Building from the Outside-in : UNMIK and its paradox ». Journal of Public and International Affairs (forthcoming).

« UNPOL and Police Reform in Timor-Leste : Accomplishments and Setbacks ». International Peacekeeping. Vol. 16, no. 3, 2009.

« Statebuilding Without Nation-building ? Legitimacy, State Failure and the Limits of the Institutionalist Approach ». Journal of Intervention and State-Building. Vol. 3, no. 1, 2009.

« The "Frozen Conflict" that Turned Hot : Conflicting State-Building Attempts in South Ossetia ». Central Asia and the Caucasus, no. 5, 2008.

« Zone of Conflict : Clash of Paradigms in South Ossetia ». Journal of Central Asian and Caucasus Studies, vol. 3, no. 8, 2008.

« La Géorgie prise entre évolution et révolution : la (re)construction de l’État géorgien en questions ». Transitions et sociétés, no. 11, décembre 2006.

Commentatrice

Marie-Nathalie LeBlanc, professeure, Département de sociologie de l’UQAM.

Titulaire d’un doctorat du University College London (Royaume-Uni) et anthropologue de formation, Marie-Nathalie LeBlanc a été recrutée comme professeure au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en 2007. Auparavant, elle a été professeure au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia (1997-2007). Ses travaux portent principalement sur le changement social et les jeunes dans le contexte de la mondialisation en Afrique et ailleurs. Elle s’intéresse plus particulièrement aux transformations religieuses et à la culture populaire. À ce sujet, elle a dirigé une recherche sur la culture hip-hop et les réseaux de socialisation et sur les processus d’identification chez les jeunes Chrétiens et Musulmans en Côte d’Ivoire. Elle participe à diverses équipes de recherche sur les jeunes et la religion, les réseaux musulmans, la religion et la modernité, ainsi que les médias visuels en Afrique. Depuis 2008, elle est membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’Afrique qui aborde la question des relations intergénérationnelles en Afrique et du Groupe de recherche sur les espaces publics islamisés en Afrique de l’ouest financé par l’Agence nationale de la recherche en France. Elle est chercheure principale de l’Axe démocratisation, société civile et mouvements sociaux de la Chaire C.-A. Poissant à l’UQAM. Elle est aussi membre du Centre d’études ethniques des universités montréalaises, ainsi que de l’équipe Diversité urbaine. Elle a publié de nombreux articles notamment dans les Cahiers d’Études Africaines, Africa, African Affairs et Journal of Religion in Africa. Elle a codirigé un numéro spécial d’Anthropologie et Société sur la religion et la modernité, et un autre dans Africa Today sur l’Islam et le néo-libéralisme. Elle a présidé la section intitulée Visual and Performance Culture in Africa and the Diaspora de la conférence annuelle de l’African Studies Association en 2004. Elle a été rédactrice francophone de la Revue Canadienne d’Études Africaines entre 2000 et 2006.

Mots-clés

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal