Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Chaire C.-A. Poissant > Les Affaires (semaine du 6-12 mars 2010) : Bonnie Campbell y accorde une (...)

Les Affaires (semaine du 6-12 mars 2010) : Bonnie Campbell y accorde une entrevue sur les entreprises minières en Afrique

10 mai 2010

« Les entreprises ne doivent pas se substituer à l’État »

Suzanne Dansereau . Les Affaires . 06-03-2010

Les minières devraient verser des redevances adéquates aux pays africains plutôt que d’y bâtir des cliniques médicales, selon Bonnie Campbell, professeure à l’Université du Québec à Montréal.

Vous observez que les réformes du cadre réglementaire et les initiatives de responsabilité sociale des entreprises minières n’ont pas réussi à créer de richesse durable en Afrique. Pourquoi ?

B.C : Depuis une vingtaine d’années, les institutions financières multilatérales, comme la Banque mondiale, ont demandé aux pays africains de mettre en place des mesures incitatives pour les investissements étrangers et la libéralisation des échanges. Ces mesures ont aidé les pays africains à augmenter leurs exportations, mais n’ont pas généré un développement économique et social sur une base durable. Par exemple, au Mali, c’est la production d’or pour le marché d’exportation qui a été privilégiée ; en Guinée, la bauxite. Mais pas le développement d’autres minerais disponibles (phosphate pour les engrais, ciment pour la construction, etc.) qui aurait pu contribuer à la transformation de l’économie locale.

Que reprochez-vous aux entreprises minières ?

B.C :Au nom de la responsabilité sociale, les sociétés minières sont parfois tentées de se substituer aux gouvernements locaux pour fournir des services - par exemple, la construction de routes, d’écoles, de cliniques médicales. Cela est problématique : qu’adviendra-t-il des populations en dehors de la zone où est située la mine ? Et après le départ de cette entreprise ? On risque surtout de déresponsabiliser l’État au lieu d’insister pour que les gouvernements soient imputables de la façon dont ils gèrent les redevances minières et fournissent les services publics. Si elles veulent être responsables, les sociétés minières doivent négocier avec les États des contrats transparents et leur verser des redevances adéquates. Si elles n’y parviennent pas, elles doivent alors éviter ces pays.

Pour voir la suite de cette entrevue, cliquer ICI.

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal