Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Service à la collectivité > Souveraineté alimentaire et luttes paysannes au Brésil et au Québec

JOURNÉE BRÉSIL - QUÉBEC

Souveraineté alimentaire et luttes paysannes au Brésil et au Québec

Samedi 29 mai, de 9 h à 16 h, à l’Entraide missionnaire

Partout dans le monde, les paysans – qui forment la moitié de la population de la terre - sont touchés par le rouleau compresseur de la globalisation des échanges économiques et culturels. Les luttes paysannes défendent autant le droit à la terre que le droit à la transmission des semences. Des luttes émergent entre ceux qui prônent une agriculture pour mieux nourrir la population mondiale et les grandes transnationales agricoles qui gèrent une agriculture du profit.

La souveraineté alimentaire se veut un droit international qui offre la possibilité aux populations et aux États de mettre en place les politiques agricoles les mieux adaptées à leurs populations sans que ces politiques nuisent aux populations d’autres pays. La souveraineté alimentaire représente donc une rupture vis-à-vis l’organisation actuelle des marchés agricoles, mise en œuvre par l’OMC.

La souveraineté alimentaire accorde de l’importance aux conditions sociales et environnementales de production des aliments. Elle prône un accès plus équitable à la terre pour les paysans pauvres au moyen, si nécessaire, d’une réforme agraire et de mécanismes de sécurisation des droits d’usage du foncier.

Les femmes sont des actrices de première ligne dans la réalisation de la souveraineté alimentaire. Et plus encore depuis la rencontre de Nyéléni (Mali, 2007), devenue le symbole de la souveraineté alimentaire et du droit des femmes qui travaillent dans l’agriculture.

Avec la participation de :

- Elsa Beaulieu : Détentrice d’une maîtrise en Études et interventions régionales de l’Université du Québec à Chicoutimi, elle réalise actuellement un doctorat en anthropologie à l’Université Laval. Militante féministe, elle a été déléguée de la Marche mondiale des femmes pour l’Amérique du Nord au Forum international Nyéléni sur la souveraineté alimentaire.

- Dom Tomas Balduino : Dominicain, évêque émérite de Goiás (Brésil), conseiller permanent de la commission pastorale de la terre (CPT) créée en 1975 pendant la dictature militaire, par l’aile progressiste de l’Église catholique brésilienne. Elle a été (et est encore) un acteur politique fondamental pour le renforcement des organisation paysannes, la défense de la réforme agraire et la dénonciation des crimes pratiqués contre les travailleurs ruraux.

- François Décary-Gilardeau : Analyste agroalimentaire à Option consommateurs. Il est aussi étudiant à la maîtrise en sciences de l’environnement et collaborateur de la Chaire de responsabilité sociale et de développement durable.

- Anne Catherine Kennedy : Chargée de programmes de développement à Développement et Paix. Responsable du Programme Brésil et du Programme Colombie. Spécialiste du secteur populaire et les processus de transformation sociale au Brésil avec un focus sur le secteur rural et la souveraineté alimentaire et énergétique.

Quand : le samedi 29 mai 2010, de 9 h à 16 h

Où : à L’Entraide missionnaire, 15, rue De Castelnau 0uest, Montréal (Métro De Castelnau)

Inscription : 20$ (dîner compris)

Pour informations
Gerardo Aiquel : (514) 270-6089
Courriel : emi@web.ca

D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal