Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Chaire C.-A. Poissant > Gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outil (...)

Gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outil et miroir des développeurs

Jeudi 3 juin 2010
12h30-14h Salle Boiseries (J-2805), 405 Ste-Catherine

*Entrée libre, mais RSVP : poissant@uqam.ca*

La Chaire C.A. Poissant vous invite cordialement à assister à cette conférence

Avec : M. Jean-Pierre Olivier de Sardan. Directeur de recherche émérite, Centre national de la recherche scientifique (CNRS), France.

Présidence et commentaires : Professeure Bonnie Campbell – Titulaire de la Chaire C.-A. Poissant, UQÀM

À PROPOS DU CADRE LOGIQUE :
Le « cadre logique » est une technique de rationalisation de l’action publique centrée sur la planification par objectifs, devenue omniprésente dans les institutions de développement. Il privilégie une perspective purement gestionnaire centrée sur les facteurs quantifiables, la légitimation de l’intervention et une vision linéaire et mécanique de la causalité. Cette perspective ignore les facteurs politiques, les conflits, le rôle des acteurs ou les ajustements stratégiques. Elle repose sur une épistémologie positiviste largement dépassée, loin des acquis de la sociologie des organisations, de l’analyse des politiques publiques et de la socioanthropologie du développement. Cependant, les usages pratiques qu’en font les professionnels du développement sont assez éloignés des prétentions théoriques du modèle. Son utilité dans la sélection ou dans l’évaluation des projets rencontre un large scepticisme, mais tous s’accordent à reconnaître qu’il peut permettre un contrôle de cohérence dans la conception des projets.


JEUDI, 3 JUIN 2010. 12H30-14H

Salle des Boiseries, Pavillon Judith-Jasmin (J-2805)

405, rue Sainte-Catherine Est, 2e étage

Entrée libre, mais RSVP : poissant@uqam.ca

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal