Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) > Les théories des firmes transnationales issues des pays en développement et (...)

Les théories des firmes transnationales issues des pays en développement et les pétrolières étatiques : les cas de PDVSA et Petrobras

26 août 2010

Revisitant les théories de la firme transnationale l’auteur remet en question le modèle classique O.L.I. mal adapté, selon lui, aux réalités actuelles de la mondialisation, particulièrement lorsque les firmes proviennent des pays en développement. Poursuivant sa réflexion sur le cas des entreprises publiques ou semi-publiques, l’auteur remet également en question l’hypothèse usuelle selon laquelle ces entreprises se comporteraient systématiquement de façon politique et seraient ainsi instrumentalisées et mises au service des stratégies économiques nationales. Selon lui, ces entreprises doivent arbitrer entre deux types de contraintes, politiques et commerciales respectivement. Orientées vers les marchés internationaux, elles doivent d’abord répondre aux critères de rentabilité que leur impose la concurrence internationale. Ancrées dans leur espace économique national, elles doivent, parallèlement, répondre aux demandes politiques et servir de pôle de développement. Comment ces entreprises parviennent-elles à concilier ces deux types d’exigences ? Prenant pour cas d’étude les deux plus grandes entreprises pétrolières publiques d’Amérique du Sud, PDVSA au Venezuela et Petrobas au Brésil, l’auteur montre qu’il n’y a pas de réponse unique à la question mais plutôt une réponse circonstanciée qui dépend en grande partie du degré d’autonomie décisionnelle dont elles disposent. L’introduction de cette variable fondamentale, généralement ignorée par la littérature, permet, selon l’auteur, d’élargir l’analyse théorique de la firme multinationale.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)