Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

L’altermondialisme : Forums sociaux, résistances et nouvelle culture politique

22 septembre 2010

Beaudet, Pierre, Raphël Canet et Marie-Josée Massicotte. 2010. L’altermondialisme Forums sociaux, résistances et nouvelle culture politique
, Montréal, Éditions Écosociété, 478 p.

Résumé

Depuis le premier Forum Social Mondial de Porto Alegre en janvier 2001, au G20 de Toronto en juin 2010 jusqu’au Forum Social Mondial de Dakar de demain, une société civile mondiale se réapproprie l’espace politique. Qualifiée d’altermondialiste, elle affirme qu’un autre monde est possible ! Mais de quoi parlons-nous exactement et qui trouvons-nous derrière cette dénomination ? Quels sont les enjeux de ce mouvement, voire de ces mouvements ? Ses défis présents et à venir ?

Véritable bible de l’altermondialisme, cet ouvrage dresse un état des lieux exhaustif de cette mouvance hétérogène, en abordant ses origines, ses enjeux et ses multiples facettes. Les auteurEs, penseurs et figures altermondialistes bien connus, combinent des analyses historico-politiques, régionales, organisationnelles et des mises en perspective des mouvements et de leurs revendications.

Faisant de la globalisation un enjeu des luttes sociales, le Forum social s’affiche comme un nouvel acteur politique, autonome vis-à-vis des partis et des gouvernements. Symbole visible et rassembleur d’un mouvement aux ramifications illimitées, il constitue avant tout un pôle d’attraction et de développement pour nombre d’organisations et d’activistes du monde entier. Mais s’appuyant sur des convictions inébranlables et une puissante force de mobilisation, ses militant(e)s débordent ces temps de rassemblement et mènent des luttes en faveur de l’eau, de la souveraineté alimentaire, du commerce équitable, du mouvement des femmes, des peuples autochtones et de toutes les minorités, pour leur donner une « voix mondiale ».

Dépassant la simple protestation, contrairement à ce que certain(e)s laissent entendre, pour formuler des revendications concrètes et développer de nouveaux outils virtuels et pragmatiques, ces citoyen(ne)s « altermondialistes » résistent, proposent, agissent et inventent une nouvelle culture politique. Ils/elles parlent avant tout de solidarité, d’un agir ensemble, premiers pas pour imaginer un vivre ensemble.

(Voir la table des matières des le document joint)

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)