Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Atelier : La mise en place de normes institutionnelles dans les sociétés en (...)

Société québécoise de science politique (SQSP)

Atelier : La mise en place de normes institutionnelles dans les sociétés en conflit

Date limite : 12 décembre 2010

Appel à communication pour l’atelier "La mise en place de normes institutionnelles dans les sociétés en conflit", dans le cadre du congrès de la Société québécoise de science politique (SQSP), les jeudi 19 et vendredi 20 mai 2011, UQÀM.


Depuis les années 1990, la communauté internationale intervient dans un certain nombre de pays en conflit . Il s’agit d’une démarche globale, s’articulant autour de trois volets : la libéralisation de l’économie ; la démocratisation et la bonne gouvernance ; le renforcement du système de sécurité (réformes du droit, de la justice et des forces armées). Le but est de renforcer l’efficacité des normes institutionnelles dont les acteurs doivent faire usage dans le cadre de leurs multiples transactions et stratégies, dans les domaines économiques, politiques et sécuritaires. Il s’agit là des conditions indispensables pour créer et assurer un climat de stabilité et de paix favorable aussi bien au développement du commerce et de l’industrie qu’au respect des droits humains.

Le constat général est la faible emprise des normes institutionnelles mises en place. Cela se traduit par le développement des pratiques opaques ou non transparentes, des attitudes d’affrontement ou de contournement, des mécanismes de blocages décisionnels ou de détournements financiers, des trafics illicites ou criminels (drogues, armes, et blanchiment de l’« argent sale » tiré de ces trafics).

Le but de cet atelier est double. D’une part, il s’agira d’établir un état des lieux de ces interventions et de leur impact sur les sociétés cibles. D’autre part, les contributions s’efforceront d’esquisser un modèle d’intervention international efficace, en tenant compte des expériences sociales données. La réflexion portera plus spécifiquement sur les questions suivantes :
- Dans quelle mesure la prise et la mise en œuvre des décisions en dehors de toute délibération ou négociation collective contribue-t-elle ou non à créer au sein des populations destinataires un sentiment d’indifférence voire de frustration ? Quelles en sont les conséquences en termes d’adhésion ou de rejet des normes institutionnelles mises en place ? Comment les attitudes d’adhésion ou de rejet de ces normes s’expriment-elles ?
- En quoi les interventions internationales participent-elles ou non d’un mécanisme d’aggravation des déséquilibres sociaux initiaux ou d’anomie ?
- Qu’en est-il des attentes ou des stratégies suscitées par les interventions internationales dans les sociétés destinataires ? En quoi ces attentes ou ces stratégies sont-elles favorables ou non à la réalisation de l’objectif de stabilisation et du recouvrement de la souveraineté nationale et du processus du développement ?

Les propositions de communications (accompagnées d’un résumé de 250 mots) devront être adressées à Louis Naud Pierre (plnaud@yahoo.fr) avant le 12 décembre 2010.

Comité organisateur :
- Julian Durazo, Département de science politique, Université du Québec à Montréal
- Evariste Sanon, Département de science politique, Université du Québec à Montréal
- Larose Chalmers, Département de science politique, Université du Québec à Montréal
- Louis Naud Pierre, Département de science politique, Université du Québec à Montréal
- Dorval Brunelle, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal