Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

La gestion de l’eau en Équateur : la révolution citoyenne ou la solution indigène ?

N°11-01 Février 2011, 6 février 2011

En Équateur, la maîtrise de l’eau a toujours constitué un sujet de confrontation entre les différents acteurs impliqués dans la production agricole. Au cours des trois dernières décennies, sous l’influence des instances internationales, l’État a adopté des politiques publiques favorables à la décentralisation, à la privatisation des infrastructures et des ressources naturelles par le biais d’une législation conciliante. Face à cela, les communautés rurales, principalement indigènes, ont constitué une farouche opposition afin de préserver leurs droits d’usage.
Avec l’avènement du gouvernement Correa et la mise en place de la révolution citoyenne, un espoir de changement se dégage chez les populations indigènes.
Néanmoins après quelques mois, des divergences apparaissent et la proposition d’une nouvelle loi sur l’eau est finalement combattue par les organisations paysannes.
Cet article recherche les principales raisons de cet échec survenu entre les deux principaux partenaires de la gestion de l’eau, qui disposaient pourtant de nombreuses raisons objectives de faire alliance.

Écrit par

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)